L'épaisseur des souvenirs

Autoroute A10, 7 février 2018, 5 heures

Il en va de la neige comme des instants vécus : ils fondent. Certains restent pourtant plus longtemps en mémoire, comme plongés dans un bain d'arrêt dont la nature change au fil des saisons humaines. Inscriptions depuis le fond des âges pour transmettre, rassembler, conserver, agents fixateurs lancés dans une course contre le temps. Peintures rupestres, graffitis de transhumance, fresques recouvrant tout un villageplaylist d'été, photographies et films vernaculaires, billets sur les blogs ou les réseaux sociaux, pages de journal intime, respirations graphiques en pleine conscience produisent de l'épaisseur et prolongent ce qui devrait disparaître. 

En regardant cette neige tomber sur la voiture qui ramenait notre petite équipe de documentaristes d'Angers à Paris, en patientant dans cette station service entre la Ferté Bernard et Luigny, attendant que les camions en portefeuille cessent de déraper et que les naufragés médusés dégèlent, je me suis souvenue que l'écriture me manquait.

Commentaires

Anonyme a dit…
Contente de retrouver Takuherz avec son nouveau look ! Écrire est un acte à la fois banal et exceptionnel qui peut s'exprimer de tant de manières... .. Lorsque tu seras accaparée par tes activités audiovisuelles, cinématographiques, pense à cette phrase de Jean Cocteau :
"Le cinéma, c'est l'écriture moderne dont l'encre est la lumière".


Posts les plus consultés de ce blog

La carte grise

« Life is huge, live Tiny ! » : le mouvement Tiny Houses

Créer l'espace : la conception bioclimatique